Jean-François MAILLET

écrivain

union130610
JEAN-FRANçOIS MAILLET avait publié son premier livre, un polar intitulé « Maxi-frissons au MaxiShop » en novembre 2008.
Aujourd'hui, l'instituteur d'Esternay récidive et sort son deuxième roman policier « Champagne rouge garance ». Dans ce nouvel opus, l'histoire se déroule dans la région, et prend ses racines dans la Grande Guerre.
Fusillés au Gault-Soigny
« Pour écrire mon livre, je me suis inspiré d'un fait divers qui s'est produit les 6 et 7 septembre 1914 lors de la bataille de la Marne », explique Jean-François.
Et de préciser : « Suite à une attaque allemande à la lisière sud de la forêt du Gault-Soigny, c'est la panique dans les deuxièmes lignes. Six soldats du 327e régiment d'infanterie s'égarent et ont la malchance de tomber sur leur général. Il les fait arrêter et, sans jugement, ils sont fusillés le 7 septembre 1914 à l'aube entre les Essarts-lès-Sézanne et Lachy. »
C'est à partir de ce tragique fait que l'auteur a construit son polar. Une histoire de vengeance liée à une exécution sommaire pendant la guerre 1914.
« Ce fait divers me tenait à cœur depuis quelques années, continue l'écrivain des Essarts, j'ai essayé d'en faire une nouvelle mais ça n'allait pas. Et puis je l'ai pris comme base de mon deuxième roman. L'action se passe essentiellement en 2008 aux Essarts, un peu à Sézanne jusque dans les mails et aussi à Paris, avec deux retours en 1914. »
On retrouve les deux cousins détectives, Denis et Etienne, qui enquêtaient dans le premier roman « Maxi-frissons au MaxiShop ». Denis est toujours aussi truculent, et Etienne peut, dans ce livre réunir ses deux passions que sont l'enquête policière et l'histoire de France.
Assassinés à Sézanne
Dans leur cave, les détectives découvrent par hasard une vielle inscription dans la pierre : « On ne veut pas mourir ».
Etienne, féru d'histoire, est intrigué. A Sézanne, des notables sont mystérieusement assassinés à coup de baïonnette. Sur fond de rivalités paysannes, ils vont devoir affronter les fantômes du passé.
Dans quelles conditions a été écrit le roman ? « Champagne rouge garance a été commencé le 11 novembre 2008 et terminé un an plus tard, en novembre 2009 », précise Jean-François. Pas banal pour un polar qui a en toile de fond la Première Guerre mondiale.
Quant à sa manière de travailler l'écriture, en deux mois un plan de 80 pages est établi, qu'il suivra. Le roman est écrit en six semaines, au stylo, principalement de 21 heures à 23 heures et pendant les vacances scolaires.
Ensuite il passe à la transcription à l'ordinateur avant de travailler le style durant plusieurs mois.
« Mon bouquin est décortiqué dans tous les sens, je le reprends de nombreuses fois, le fais relire à une dizaine d'amis pour qu'ils me donnent leur avis et le corrige encore, raconte l'auteur, avant d'envoyer les 170 pages finales aux éditeurs. »
Pour son deuxième ouvrage, c'est une maison d'édition de Chaumont qui a décidé de publier l'ouvrage.
Jean-François Maillet dédicacera son livre « Champagne rouge garance » le samedi 26 juin à la librairie Majuscule place de la République à Sézanne.
« Champagne rouge garance » de Jean-François Maillet. Éditions Le Pythagore. 170 pages.
Publié dans le journal l'UNION le dimanche 13 juin 2010