Jean-François MAILLET

écrivain

union181008

BIEN connu à Esternay, où il enseigne à l'école maternelle mais également dans le Sud-Ouest marnais comme être le fondateur du groupe Les p'tits marins du Grand-Morin, Jean-François Maillet, habitant de Les Essarts-lès-Sézanne, montre aujourd'hui qu'il a plus d'une corde à son arc en sortant son premier roman policier.

Jean-François écrit depuis l'âge de 12 ans

Maxi-Frissons au Maxishop, tel est le titre du roman policier écrit par Jean-François Maillet et qui sort cette semaine en librairie. L'histoire de ce « polar ironique », comme il qualifie lui-même son livre, se déroule dans la région. Mais avant d'en arriver à ce premier roman, Jean-François Maillet a rempli bien plus d'une page blanche.

Le goût de l'écriture et de la lecture a commencé très tôt. À l'âge de 10 ans, il a commencé à écrire sur des petits cahiers. Il en remplit des dizaines.

« De 12 à 18 ans, j'ai écrit 35 romans sur ces cahiers. Il me fallait environ un mois pour noircir une centaine de pages », raconte-t-il. En pleine révision de son bac, il a pris 5 jours pour coucher un roman de 100 pages sur le papier. « J'ai eu mon bac, fort heureusement », sourit l'instituteur qui a eu le déclic en lisant Agatha Christie.

Mais cette passion pour l'écriture a été mise en sommeil durant une dizaine d'années. Avant de recommencer avec l'histoire de sa grand-mère.

« Ma grand-mère m'a raconté sa vie, je l'ai enregistrée et j'ai tout retranscrit. Je suis allé voir un imprimeur qui m'a fait 20 exemplaires que j'ai distribués aux membres de ma famille. »

Jean-François avoue ensuite avoir essayé à ce moment-là d'écrire un roman, mais jamais il n'a terminé. Seul un recueil de poésies a vu le jour, aucun éditeur n'a été intéressé. Des pages qui font figure d'essais avant le véritable projet, car un roman ne s'écrit pas en un jour !

Au p'tit bonheur…

« En février 2007, j'ai élaboré le plan de mon roman, il m'a fallu 4 mois pour obtenir un premier jet. Je l'ai retravaillé pendant 9 mois. J'avais choisi « Au p'tit bonheur » comme titre. Je l'ai fait lire à 10 personnes de mon entourage. Leurs commentaires m'ont permis de le reprendre à nouveau. »

En avril dernier, grâce à l'aide de Francine Hémard, libraire, qui lui fournit des adresses, Jean-François Maillet envoie son texte à une dizaine d'éditeurs. Deux sont intéressés.

Et voici publié ce polar de 315 pages qui se passe à Sézanne, Esternay et même Les-Essarts-les-Sézanne…

Deux détectives privés, Denis et Étienne, cousins de surcroît qui ont tous deux perdu leurs parents dans un accident d'avion et qui ont été élevés par leur tante, enquêtent sur la disparition de plusieurs personnes au sortir d'un supermarché.

Un indice : toutes sont très heureuses de vivre…

Pour rencontrer Jean-François Maillet qui dédicacera son ouvrage, rendez-vous à la librairie Majuscule de Sézanne, samedi 22 novembre, de 15 à 18 heures.

Publié dans le journal l'UNION le mardi 18 novembre 2008