Jean-François MAILLET

écrivain

Ateliers d'écriture, rencontres avec des auteurs, mini salon du livre... Les jeunes du centre de loisirs ont eu pendant l'année scolaire des activités littéraires...

Focus1 630x0

C’est dans le sud-ouest marnais, plus précisément dans le village des Essarts-lès-Sézanne que réside Jean-François Maillet. Un village pas tout à fait comme les autres, car en cette période de commémoration de la Grande Guerre, s’est déroulé un évènement tragique le 7 septembre 1914. Sept réservistes du 327ème régiment d’infanterie sont fusillés « pour l’exemple », mais trois d’entre eux survivent miraculeusement. Ce fait réel unique en son genre a bien sûr passionné notre professeur qui s’en est librement inspiré pour son prochain roman en cours d’écriture.

En huit ans, il écrira 35 romans d’une centaine de pages.

L’écriture comme une seconde peau

L’écriture justement, Jean- François Maillet est tombé dedans quand il était petit. Vers l’âge de douze ans, il découvre Dix petits nègres d’Agatha Christie et se pique de raconter des histoires policières qu’il consigne sur des cahiers d’écolier. Avec son copain Jean-Claude, ils en font un jeu et s’octroient des prix littéraires fictifs ! En huit ans, il écrira 35 romans d’une centaine de pages ! Plus tard en 2008, il écrit en trois semaines Maxi-frissons au Maxishop, premier roman policier mettant en scène un duo familial de détectives que tout oppose, Denis et Etienne. On les retrouve en 2010 dans Champagne rouge garance ou leur enquête les mène à une sombre histoire de fusillés pour l’exemple en 1914 dans un village de la Marne. Délaissant un temps l’écriture de romans, il s’attèle à la rédaction de la vie de sa grand-mère. Cet ouvrage de plus de 70 pages, sobrement intituléMémée, est pour le moment uniquement réservé aux membres de la famille, mais un projet de roman n’est pas inenvisageable. Egalement écrivain dans la collection de polars pour ados Detectivarium, on lui doit les tomes 8 La pierre celtique et 16 Le vampire de la roche. Avec le dessinateur Etienne Martin, il publie huit nouvelles sous le titre Brumes sanglantes aux Editions Objectif Mars. Puis, toujours au chapitre des nouvelles, sort Brumes mortelles en 2012. Vous l’aurez compris, si Jean-François Maillet adore raconter des histoires, il se qualifie lui-même de simple artisan de l’écriture. Beaucoup aimeraient pouvoir en dire autant. Il collabore également à la revue “Du Pays Sézannais” dans laquelle, passionné d’histoire, il a rédigé une série d’articles sur la bataille de la Marne dans le secteur d’Esternay, mais aussi sur des groupes musicaux locaux.

En avant la musique

N’allez pas croire que remplir des pages est son seul passe-temps. Après avoir chanté au sein de la chorale de Sézanne et tenu le sax alto dans la fanfare d’Oger, il fonde en 2001 un groupe avec de bons copains : “Les Petits Marins du Grand Morin” dont le répertoire est axé presque exclusivement sur les chants de marins. Il avoue dans un sourire adorer Soldat Louis. Non content de chanter, il joue aussi de la flute à bec, « en bois de buis » tient-il à préciser, mais son rêve serait de savoir jouer un jour de la cornemuse, ou mieux encore, de la vielle électroacoustique. Les répétitions des “Petits Marins” ont lieu tous les jeudi soir à la salle des fêtes des Essarts à 20h30. Avis aux amateurs, la formation recherche un accordéoniste !

Salon du livre et atelier d’écriture

Le 9 octobre 2011 à Esternay, avec l’aide de la commune, du FREPE et de la médiathèque, il met en place la 1ère Fête du Livre qui va réunir pas moins de 35 auteurs dont Denis Seznec. Le succès est tel qu’ils doivent à contre coeur refuser des auteurs. Les éditions 2012 et 2013 entérinent la démarche et les visiteurs sont au rendezvous. Pour Jean-François Maillet, il était important, dans une ville où se tient un salon du livre, qu’il puisse exister un atelier d’écriture pour amener les gens vers l’écrit. Toujours sur la brèche, il travaille actuellement avec Olga Charlotte Auber sur un recueil de “fabulettes” pour les 4/5 ans dont il réalise les dessins.

 

logopb Le 20/02/2014