Jean-François MAILLET

écrivain

Mary Higgins Clark
Françoise Le Mer
Ken Bruen
Daphné Du Maurier
Michaël Connely
Gaston Leroux
Maxime Chattam
John Fante
Patrick O’Brian
Jean-Christophe Grangé
Breat Easton Ellis
Jules Verne
Pascal Bruckner
Mo Hayder
Patricia Cornwell
Jack Kérouac
William Boyd
Philippe Djian
Robert Littell
Agatha Christie
Je vais le faire sous forme d’inventaire à la Prévert, en jetant sur le papier des noms d’écrivains qui comptent pour moi… mais à peu près dans l’ordre chronologique. Et je vais sûrement en oublier, vu que je lis environ 70 romans par an :
+ Jules Verne : J’ai lu beaucoup de ses romans quand j’étais à l’école primaire. J’ai surtout flashé sur « L’épave du Cynthia ». Mais j’ai appris il y a peu de temps que c’est en fait André Laurie qui a écrit le roman, et Jules Verne a juste mis son nom sur la couverture, probablement pour faire vendre.
+ Agatha Christie : Le choc littéraire. Quand j’avais 12 ans, un copain me donne « Dix petits nègres », en me disant que sa prof de Français leur a demandé de le lire, mais il n’a pas accroché du tout, et il me le donne. Je le lis d’une traite et, dans les années qui suivent, je lis tous les Agatha Christie. J’adore ses intrigues, le suspens, le fait qu’on puisse nous aussi trouver le coupable… Ce sont les seuls romans que je relis. Pour moi, dans les auteurs de romans policiers, il y a elle et les autres.
+ Gaston Leroux : Ca m’a bien fait trembler quand j’étais jeune, et j’appréciais surtout le côté « gothique » des intrigues.
+ Kérouac, Fante et les autres beatniks : J’ai dévoré tous les Fante. J’avais dans les vingt-trente ans et c’était la littérature qu’il me fallait à ce moment-là de ma vie. J’étais célibataire, et j’aimais le style, et le côté libre de ces auteurs.
+ Pascal Brückner : J’ai adoré « Lunes de fiel », même si j’ai failli, à un moment, jeter le bouquin tellement il me dégoûtait. Et j’ai beaucoup aimé aussi « Le divin enfant », où un bébé, qui doit naître, se plaît tellement bien dans le ventre de sa maman, qu’il décide de ne pas en sortir…
+ Breat Easton Ellis : Encore un provocateur. J’adore « American Psycho ». C’est répugnant, il va jusqu’au bout de l’abject, mais on est accroché à ce livre… Bon, j’en parlerai à mon psy…
+ William Boyd : J’aime son ton décalé. Avec une préférence pour « Brazzaville plage ».
+ Philippe Djian : J’ai tout lu. Et j’ai préféré « Bleu comme l’enfer ». Des personnages décalés, et beaucoup d’action. Et j’adore son style.
+ Daphné Du Maurier : Quand j’étais jeune, j’ai lu trois fois « L’auberge de la Jamaïque ». Il y a un super suspens, et ça fout la trouille. J’aime l’ambiance glauque, la pluie, la lande, les gueules des personnages… C’est génial !
+ Mo Hayder : Pour « Tokyo », un roman policier qui lui aussi va jusqu’au bout, même si on a parfois envie de vomir…
+ Patrick O’Brian : Pour les vingt romans qui racontent les aventures d’un capitaine anglais au 19ème siècle, Jack Aubrey, et de son ami le médecin du bord. Autant dire qu’une amitié qui dure 20 romans, c’est fort !!! Et il y a tout : du suspens, de l’aventure, des abordages, de la science, de la botanique…
+ Mickaël Connelly : L’ambiance, l’intrigue, et surtout les personnages qui évoluent au cours des romans. On s’y attache et c’est prenant.
+ Patricia Cornwell : Mêmes raisons que pour Connelly.
+ Mary Higgins Clark : J’en ai lu beaucoup mais un seul vaut le coup : « La nuit du renard ». Un des meilleurs romans de suspens qui existe.
+ Jean-Christophe Grangé : J’ai été fasciné par la violence et l’intrigue du « Vol des cigognes ». C’est dégoûtant, mais quand on commence le roman, on le lâche plus.
+ Maxime Chattam : Juste pour ses trois premiers romans, qui sont des bijoux de suspens. Le reste, bof…
+ Françoise Le Mer : Une écrivaine bretonne, ses intrigues policières  se passent toujours en Bretagne, on y découvre des pays et des gens différents, et les intrigues sont bien ficelées.
+ Robert Littell : C’est un auteur de roman d’espionnage. J’ai eu un coup de cœur pour « Le sphinx de Sibérie », qui raconte de façon décalée l’adaptation d’un transfuge russe à la vie américaine. Lui fait des recherches sur le chaos et le néant. C’est jouissif.
+ Ken Bruen : Un auteur irlandais de roman policier. Il n’y a pas vraiment d’intrigue, et ses héros sont souvent tous bourrés, mais on peut dire qu’il y a de la poésie dans ces écrits… C’est surtout très décalé… Il faut lire « Delirium Tremens ».
+ Joensuu : Auteur finlandais découvert récemment. A lire pour les personnages...

N’hésitez pas à me contacter pour parler de ces auteurs, ou d’autres…